Hilal Akçal - Hypnose Thérapeutique | Registres Akashiques
21959
page-template-default,page,page-id-21959,ajax_fade,page_not_loaded,,select-child-theme-ver-1.0.0,select-theme-ver-4.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-22124

Registres Akashiques

 

 

Les Registres Akashiques, que l’on nomme également annales ou archives Akashiques sont les mémoires des âmes humaines communément appelées les Vies Antérieures, le Karma, le livre des morts .

Akasha vient du mot sanscrit qui peut se traduire par espace ou éther.

 

Dans ces Registres sont inscrits toutes les actions, toutes expériences, mais aussi les apprentissages que l’âme a réalisé aux cours de toutes ses incarnations et cela jusqu’à son retour définitif.

 

Toutes les âmes séparées de la Source ont leurs mémoires enregistrées et préservées dans une bibliothèque que l’on nomme la bibliothèque Akashique, c’est un lieu ou un plan d’existence sans espace ni temps. C’est d’une certaine façon la mémoire de l’Univers.

 

Nous accédons, si cela est permis, aux Registres pour recevoir une lecture.

Cette lecture a pour but de comprendre, d’accepter pour mieux accueillir tous les défis que l’âme s’est choisi.

Elle permet ainsi d’apporter les réponses nécessaires sur tous les processus de guérison, d’intégration, de résolution, de dissolution des situations de la vie présente et du karma, elle permet d’accéder à la connaissance et à l’apprentissage de la mission de vie.

 

Lorsque cela est nécessaire et juste, et en accord avec les lois universelles, nous pouvons accompagner la lecture d’un soin de guérison.

 

Il s’agit d’une connaissance transmise dont l’origine est très lointaine, car nous la retrouvons dans les civilisations anciennes comme la civilisation Atlante puis Egyptienne.

 

C’est par la création de temples de connaissances et notamment de temples des mystères que nous avons reçu cette précieuse transmission sur l’existence de Registres des âmes par les prêtres Egyptiens, tels des gardiens des savoirs.

 

En effet, les Egyptiens nous apprirent comment Anubis, le Dieu de la mort, inscrivait sur le livre des morts, au moment du passage de l’âme, toutes les informations relatives à la personnalité terrestre choisi par le défunt durant son incarnation et toutes les décisions qui furent prises par ce dernier.

Une fois la mort survenue, le cœur du défunt était alors présenté au jugement de la Déesse Maat qui évaluait si ce cœur était aussi Léger que la plume de la vérité. Car si tel n’était pas le cas, l’âme devrait alors se réincarner encore et encore.

 

Chaque incarnation permet, dès lors, à l’âme, dans l’école de la vie, d’être une meilleure version d’elle-même, jusqu’à l’ultime incarnation, celle qui symbolisera l’union parfaite d’Isis et Osiris, l’union du féminin sacré et du masculin sacré.

Le grand œuvre alchimiste ainsi accompli, l’âme s’incarne pleinement dans toute sa verbe, dans toute sa lumière « solve et coagula ».

 

 

Edgar Cayce, fut célèbre pour l’extrême puissance de ses capacités psychiques à faire des lectures de vies antérieures. Sous hypnose, il pouvait alors très facilement entrer en contact avec les registres et répondre à toutes les questions dans tous les domaines de la vie.

Il pouvait aussi bien apporter un diagnostic médical, soigner des maux, que répondre à des questions sur des Vies antérieures, donner un conseil des Maîtres Akashiques.

Ses capacités furent mondialement reconnues pour leurs pertinences et leurs densités.

Il est sans doute le plus grand voyant et mystique proche de nous.

Il a permis à beaucoup de se former à la lecture qui était longtemps réservée à des initiés.